mercredi, juin 19, 2024

Rozbi Demir: Être dans l’organisation Alévie peut vous apporter plus que vous ne pouvez le penser

Date:

Chers membres du Conseil d’administration de la FUAF,

Chers membres du Conseil d’Administration de l’Union des Jeunes Alevis de France,

Chers représentants jeunesses des différents CCA,

Chers adhérents et membres du CA du CCA d’Essonne,

Chère jeunesse alévie, chers invités,

C’est en qualité de coprésidente de la FUAF que je vous salue et vous adresse les salutations du conseil d’administration de notre fédération. Je suis très honorée d’être parmi vous, mais également emplie de joie à vous voir si nombreux pour cette assemblée organisée par l’UJAF.

Aujourd’hui, je me tiens devant vous pour aborder un sujet crucial, un appel qui vous est destiné. Un appel pour vous encourager à vous engager dans un monde marqué par la barbarie. Nous sommes les héritiers de ce monde, les gardiens de son avenir, et il est de notre devoir de le façonner pour le rendre commode pour tous.

La barbarie a une fois de plus œuvré, un professeur de lycée à Aras en a été victime il y a deux semaines. La barbarie ne régressera pas tant que de réelles mesures ne sont pas prises et appliquées par le gouvernement, tant que les valeurs républicaines et laïques auxquelles notre pays est profondément attaché, ne seront pas respectées.

Dans un monde qui paraît par moment empreint de divisions, de haine et de violence, il est essentiel que nous, la jeunesse alévie, prenions notre place au sein de la politique. Il ne suffit plus de rester en marge, d’être spectateur des conflits de religions, d’identités, de territoire comme ceux qui se déroulent actuellement au Moyen-Orient.  Nous devons nous engager, nous impliquer et revendiquer notre voie, car la politique est le moyen par lequel nous pouvons forger de meilleurs lendemains.

Tout changement nécessite l’engagement ! En s’engageant, nous devenons des acteurs et prenons parti au changement. Nous devons  faire entendre nos préoccupations, nos idéaux, notre  Voie « l’alévisme » afin qu’on ne puisse pas nous assimiler, à une autre croyance ou à une autre culture.

Il est temps de saisir nos responsabilités, d’être au fait de tous les changements et évolutions, afin que nous puissions prendre part aux débats concernant les enjeux qui régissent notre planète, notre monde et notre société.

Revenons à nous, à notre mouvement (Fédération), je souhaite vous parler de moi, de mon expérience qui vous donnera, peut-être, envie de prendre place dans les différentes institutions de la FUAF et pourquoi pas dans le CA de cette dernière.

Aussi, j’ai l’honneur de détenir le statut de la plus jeune coprésidente de la FUAF mais aussi des Fédérations Alevies d’Europe toutes confondues. J’ai intégré la FUAF en participant aux activités de mon CCA dont celui de Montbeliard. Par la suite, j’ai bénéficié de la bourse délivrée par Ma Source, qui est une institution de la FUAF et a été active pendant quelques années dans différentes commissions. J’ai fait de mon mieux pour contribuer à notre Voie en tant que jeune franco-kurde alevie. J’exerce actuellement ma mission de coprésidente pour le deuxième mandat consécutif.

Beaucoup de camarades m’ont posé la question de savoir :

– si j’ai été confrontée à des difficultés au début de mon mandat ? ou si cette fonction avait des conséquences sur ma vie personnelle ? comment est-ce que je me suis imposée, fait écouter, entendre par les aînés ? (…)

En effet, pour être honnête avec vous, je me suis engagée dans cette aventure sans réellement avoir d’expérience préalable. Quand on est jeune la peur, la crainte et le manque de confiance en soi font partie de notre quotidien et en particulier face aux générations déjà bien installées. J’ai appris avec le temps à répondre aux attentes et à briser mes blocages. Je suis désormais capable de dire haut et fort, et sans aucune réserve l’intégralité de ce que je pense quel que soit l’auditoire auquel je dois faire face.

Effectivement, j’ai parcouru des périodes difficiles, mais j’ai réussi à avoir une place et à me faire entendre dans la Fédération. Quand on veut, on peut tout faire, rien n’est impossible. Vous aussi, vous en êtes capables, je crois en vous ! Ayez confiance en vous ! Ne vous limitez pas et osez prendre des risques. N’ayez pas de crainte à vous exprimer et à défendre les intérêts de votre communauté et vos propres intérêts, il n’y a pas de meilleurs avocats que vous-même, ne laissez pas les autres parler à votre place.

Quand on prend place en étant jeune dans une organisation alevie, nous sommes plus éclairés en ce qui concerne les besoins de notre communauté. Nous saisissons plus facilement les travaux à mener pour progresser, s’intégrer, se faire connaître et se faire valoir devant les institutions françaises.

:

Premièrement la maîtrise de la langue turque, le mouvement nous permet d’approfondir nos connaissances au sujet de notre croyance, notre voie, notre identité. Mais surtout la Fédération nous enseigne le bénévolat, l’investissement pour le bien et la pérennité de notre communauté et fédération, le tout sans attendre de retour. L’engagement nous permet également d’évoluer sur le plan de nos rapports sociaux. Tout cet ensemble constitue une expérience venant compléter notre CV. Enfin, votre engagement vous permettra de rencontrer des personnes inoubliables, des amis, des sœurs des frères qui vous accompagneront et avec qui vous avancerez sur le chemin de notre croyance.

Nous sommes aussi en tant que diaspora Alévie, la voix des Alévis en Turquie, il est donc tout autant primordial de lutter pour les conditions de vie de nos semblables, pour qu’ils ne soient pas contraints de suivre des cours religieux islamiques. Comme vous le savez le gouvernement turc a voté une nouvelle loi « ÇEDES » pour que les enfants de la primaire au lycée suivent des cours sur la théologie islamique. La Turquie perd de plus en plus sa laïcité, l’islamisation prend de l’ampleur, bientôt la Turquie appliquera la charia ?

Il est temps de prendre place au  sein de nos institutions, la FUAF et toutes ses branches subséquentes (UJAF, UFAF, nos institutions régionales,…). Nous devons également nous engager dans nos institutions étatiques comme les municipalités,…

Alors, je vous appelle, jeunes Alévis , à vous lier à nos institutions, à vous politiser, à devenir la lueur d’espoir dans ce monde sombre. Ensemble, nous pouvons construire un avenir plus prometteur, et laisser un héritage rempli d’espoir pour les générations futures.

N’oubliez pas que nous sommes la clé, la génération franco turc/kurde alevie, il est de notre devoir de transmettre notre voie, notre culture et nos valeurs à nos générations, cette transmission passe par l’engagement.

Henri Ford disait :

« Se réunir est un début,
rester ensemble est un progrès,
travailler ensemble est la réussite »

Nous avons fait le plus dur, nous réunir ; il ne reste plus qu’à rester ensemble pour réussir !

Merci à tous pour votre présence ; Merci à l’UJAF et plus particulièrement au CCA d’Essonne pour cette belle organisation.

Merci de m’avoir écouté !

Bonne continuation à toutes et à tous.

Rozbi DEMİR
Coprésidente de la FUAF

Paylaş

spot_img

İlginizi çekebilir

Bunlara baktınız mı?
Benzer Başlıklar

Rosa Berfin Meral: La parole est à la jeunesse, la jeunesse est l’avenir

Bonjour à toutes et à tous, Chers membres de l'assemblée...

Oruc Can Çarman: La parole à la JEUNESSE

Bonjour à toutes et à tous, C’est au nom du...

Russie et l’Ukraine Nous voulons la paIx, et non la gue rre!

L’histoire de l’humanité a connu de nnombreuses guerres et...

C ’est toi que je desire – Yunus Emre

Ton amour â moi-meme m ’a ravi C ’est toi...